Quelle matière est faite pour moi ?

Que feras-tu plus tard ?”

Cette question vous rappelle peut-être quelque chose ? Lorsqu’il s’agit de votre choix d’études (quelle matière, diplôme, avec quel métier en ligne de mire…), la même question a déjà dû vous être posée au moins plusieurs centaines de fois.

“Quelle matière(s) étudier ?”

Evidemment, il existe ces rares personnes qui savent depuis toujours ce qu’ils veulent apprendre à l’université… Est-ce qu’elles sont naïves, ont des égos surdimensionnés ou des ambitions réalistes ? Quoi qu’il en soit, la plupart d’entre nous n’avons aucune idée quant à ce que nous voulons étudier quand le moment vient de se confronter à ce choix. Par ailleurs, la majorité d’entre nous ne savent toujours pas quel type de travail leur conviendrait plus tard… (et cette hésitation continue même après avoir déjà fait des études, travaillé… même après avoir fait des enfants, voyagé et exploré, en bref une fois notre vie déjà bien avancée !)

Quelle matière étudier pour ma carrière ?
Vous ne savez pas quoi étudier ? Pas d’inquiétude ! Vous n’êtes pas le (la) seul(e) !

Pour commencer, une mauvaise nouvelle :

Ne pas savoir répondre du tac au tac à cette question (en une formule qui fait mouche, en plus) peut être à l’origine d’angoisses importantes. Votre ressenti est peut-être l’impression que vous avez “raté” simplement parce que vous n’avez pas réussi à vous décider de façon définitive avant la fin de vos années lycée. Mais, ami, amie, relevez-vous : avec la mauvaise nouvelle en vient aussi une bonne !

Et la bonne nouvelle :

Tout d’abord, le marché du travail change si rapidement de nos jours que, avant même que vous ayez terminé votre premier programme d’études, des douzaines de professions et carrières ont été créées, et à peu près autant auront été jugées obsolètes.

L’incertitude du marché du travail après la remise de diplôme peut être intimidante, mais cette étape est en même temps votre droit d’entrée vers la suite ! En exploitant créativité et ardeur au travail, sans parler de la base de connaissances solides que représente votre diplôme, vous êtes, jeune diplômé(e), en mesure de surfer sur la vague houleuse du marché du travail.

Deuxièmement, étudier ce qui vous passionne est une bonne chose, même si cette position est souvent synonyme de controverses. Il s’agit là de bien prendre en compte différents points: d’abord, ai-je oui ou non une passion ? Aurais-je trop de passions ? Ou serait-ce que ma passion est difficile à traduire en une profession, et que je devrais plutôt la vivre pendant mon temps libre ?

Par rapport à la première question : oui, une passion, vous en avez une, forcément. Ce n’est peut-être pas une matière que vous trouverez dans un catalogue de formation, mais vous avez bien une passion. Vous êtes peut-être quelqu’un de constamment en lien avec les autres, toujours excité(e) à l’idée de rencontrer de nouvelles personnes ? Bien ! Vous serez un excellent candidat au travail en équipe, serez un collègue appréciable et apprécié, et vous participerez certainement à créer des environnements de travail productifs et plaisants.

Vous pouvez combiner ces savoir-faire avec un domaine qui vous intéresse et faire en sorte que les deux soient remarqués et appréciés à leur juste valeur au moment de démarrer votre carrière (lire entre les lignes : prendre ce cours au titre “marketing 101”). La clé est de prendre votre passion à bras le corps et de la façonner dans le monde réel.

Quelle matière étudier pour ma carrière ?
Certaines passions ne se trouvent tout simplement pas dans une salle de classe !

Trop de passions ? Alors pourquoi ne pas essayer de “penser hors des sentiers battus” ? Grâce à votre curiosité et à votre soif d’apprendre, vous saisissez de vastes pans du savoir et êtes habitués à utiliser l’information et l’expertise de domaines variés dans votre vie quotidienne. Vos capacités à résoudre des problèmes et à voir les choses de plusieurs points de vue différents dont de vous un ajout qui n’a pas de prix auprès d’équipes qui travaillent tant sur des thématiques aussi bien spécifiques que plus larges.

Donc, vous ne serez pas employé comme archéologue ? Peut-être pas, ou peut-être pas dans un premier temps. Mais si l’on regarde les collaborateurs de grandes organisations, entreprises ou du secteur public, il y a beaucoup de domaines dans lesquels la matière étudiée ne se retrouve pas du tout dans le travail occupé. Les anciens étudiants en philosophie peuvent se retrouver – cela arrive – à travailler dans l’industrie musicale, certains biologistes aiment à travailler pour des ONG et, pour en revenir aux archéologues, certains d’entre eux peuvent finalement produire des documentaires pour la télévision ! A l’heure actuelle, tout est possible pourvu qu’on fasse preuve d’un peu de détermination.

L’enjeu n’est pas tant de savoir en détail quels cours vous avez pu suivre ou quel diplôme exact vous avez pu préparer (et réussir) ; il s’agit plutôt de trouver vos domaines d’excellence, de les cultiver intelligemment et humblement, et de les diriger tout entiers vers votre futur. Tout ce que vous pouvez apprendre en chemin peut être utile pour vous à l’avenir, alors saisissez toute opportunité d’apprentissage !

A quoi les études universitaires vous font-elles penser ? Permettez-nous de vous aider à mieux comprendre à quoi vous attendre ! Vous n’êtes pas sûr du bon niveau d’études universitaires pour vous ? Nous vous couvrons le temps de votre préparation ! Prêt à postuler ? Lisez nos conseils sur les candidatures universitaires pour vous assister sur la voie rapide qui vous permettra d’être pris dans l’université de vos rêves !